Le Romazava : bouillon clair

 Le Romazava (prononcez : roumazav) est un plat traditionnel malgache composé de légumes appelés brèdes, des feuilles comestibles qui sont cuisinées avant d’être consommées. Les brèdes mafana ou anamalaho, que l’on traduit par « feuilles chaudes », sont indispensables pour préparer ce plat car les feuilles et les fleurs ont un goût anisé et piquant, très caractéristique du Romazava de base.

 

Pour préparer un Romazava pour 6 personnes il faut une brassée de brèdes de saison que l’on trouvera au marché et une petite poignée de brèdes mafana, 1 oignon, 3 gousses d’ail, 3 tomates bien mûres, 50 g de gingembre.

Dans une marmite, il faut faire revenir l’oignon émincé, l’ail écrasé, le sel, les tomates découpées en fines rondelles et le gingembre coupé en petites lamelles. Il faut ensuite recouvrir cette préparation avec 3 verres d’eau et faire cuire environ 15 mn. Une fois l’eau évaporée, ajouter les brèdes et mélanger le tout. Ajouter 2 litres d’eau, couvrir la marmite et laisser mijoter 30 min jusqu’à obtenir un bouillon clair qui sera servi avec du riz. Le Romazava est très apprécié pour sa simplicité au lendemain des fêtes.

Un plat aux saveurs de la Grande Ile

Le Romazava prend donc ses racines à Madagascar. Il est relativement simple à cuisiner.  Ce pot-au-feu aux saveurs prononcées, est un met de choix, apprécié aussi des reines. Aujourd’hui, bien que consommé par la majorité des foyers de l’Ile Rouge, le plat n’a nullement perdu de sa superbe. Les malgaches ne sont d’ailleurs plus les seuls à le cuisiner. Ainsi, il est mis à toutes les sauces dans toutes les cultures qui l’ont accueilli.

Les ingrédients « spéciaux »

En plus de la recette de base du Romazava on peut ajouter de la viande de zébu, du poisson séché ou du poisson frais.

  • La viande de zébu  pourra être remplacé par des parties tendres de bœuf si l’on se trouve hors de Madagascar. Pour un rendu proche de l’original malgache, choisissez des pièces assez grasses ;
  • Le poisson séché peut être incorporé à la préparation de Romazava avec la viande de zébu ; ou alors il sera la pièce principale que les brèdes viendront accompagner ;
  • Le poisson frais pourrait être la star du Romazava ou bien il va venir s’ajouter simplement à la viande de zébu ;

Le romazava au zébu est l’une des versions les plus consommées à Madagascar. Avec cette viande noble de l’île, la préparation va révéler des saveurs typiques. Pour preuve, les malgaches expatriés ne manquent pas d’en demander les ingrédients à leurs proches qui leur rendent visite à l’étranger. D’ailleurs, le succès est tel que le Romazava a été mis en boîte prêt à être réchauffé puis dégusté.

Pour cuisiner le romazava au zébu à la malgache, pour 4 personnes, il faudra :

  • 500 grammes de viande de zébu ;
  • 3 tomates ;
  • 1 gros oignon ;
  • 10 grammes de gingembre ;
  • 1,5 litre d’eau ;
  • 100 grammes de brèdes mafanes ;
  • 100 grammes d’autres brèdes comme le cresson ou la brède moutarde
  • 10 cl d’huile végétale ;
  • gros sel ;

Avant de se lancer dans les différentes préparations, il faudra choisir le type de contenant qui servira pour la cuisson. En effet, la cocotte-minute ne demandera que 30 à 40 minutes sur le feu, alors que le mijotage en marmite durera un peu plus de deux heures. Une fois le choix arrêté, il faudra :

  • découper la viande en cubes relativement épais
  • couper ou râper le gingembre en julienne
  • effeuiller les brèdes. A noter qu’à Madagascar toutes les parties de la brède mafane (hors racine) sont utilisées. Elle donnera la saveur piquante très appréciée sur l’île. Pour minimiser ce goût parfois un peu métallique, n’utilisez que les feuilles vertes
  • couper l’oignon et les tomates.

Après les différentes préparations, les étapes de cuisson sont assez simples :

  • faire chauffer un filet d’huile ;
  • faire revenir la viande jusqu’à coloration ;
  • ajouter : oignon, gingembre et tomates ;
  • incorporer les brèdes ;
  • assaisonner avec le gros sel et le poivre ;
  • laisser mijoter à feu doux jusqu’à obtention d’une viande tendre.

En fin de cuisson, il est de coutume de rajouter un léger trait d’huile. Le tout est à servir chaud avec du riz nature.

Vous pouvez participer à la confection d’un repas journalier aux enfants de l’EPP de Maharidaza en faisant un DON. N’hésitez pas à visiter le site de l’Association UN REPAS POUR UN ENFANT.